Se connecter
Pratique

5 raisons de souscrire une assurance cheval

Edité par Charlotte, le 23/02/2022

Partager l'article
5 raisons de souscrire une assurance cheval

L’assurance du cheval est fondamentale pour une meilleure prise en charge de sa santé. Vous hésitez ? Voici 5 bonnes raisons de franchir le pas.

tête poulain assurance

1. Pour ne pas avoir à hésiter en cas d'intervention d'urgence

Votre cheval montre des signes de colique, le vétérinaire évoque une chirurgie à plusieurs milliers d’euros. Dans un cas comme celui-là, personne n’a envie de devoir réfléchir au financement de l’opération dans l’urgence, ou, pire, de devoir y renoncer pour des raisons de budget. En ayant souscrit une assurance frais vétérinaires, le choix d’opérer ou non ne se pose plus : Le vétérinaire peut faire le nécessaire, sans que la question du prix d’une vie ne se pose. Sauver votre cheval devient la seule préoccupation.

2. Pour la tranquillité d'esprit

L’assurance frais vétérinaires couvre un risque aléatoire : Par définition, impossible de savoir à l’avance ce qu’il va se passer au niveau de la santé de votre cheval. Les visites du vétérinaire (hors vaccins) sont donc quasiment toujours imprévues, et la facture qui va avec aussi. Pour cesser de trembler à chaque fois que votre compagnon trébuche ou présente une légère fièvre, l’assurance est là. Elle vous permet d’envisager les meilleurs soins et traitements, tout en préservant un budget parfois fragile.

3. Pour protéger un capital

La valeur sentimentale d’un animal est toujours inestimable. Dans le cas du cheval, la valeur financière s’ajoute à celle-ci. La plupart des propriétaires ont investi pour faire l’acquisition de leur compagnon, qu’il s’agisse d’un cheval de loisir ou de sport. Souscrire une garantie décès, c’est l’assurance de pouvoir rebondir en cas de disparition de son animal. Sans effacer la tristesse liée à la perte, l’indemnisation permet souvent d’aller de l’avant et de se projeter dans l’achat d’un cheval qui comblera le vide laissé par le précédent.

cheval cavalière assurance

4. Pour bénéficier des meilleures garanties

Assurer son cheval quand il va bien, ça peut sembler inutile. Et pourtant… Légalement, l’assurance ne peut indemniser un problème qui s’est déclaré antérieurement à la souscription. Une fois que l’accident s’est produit ou que la pathologie est déclarée, il reste parfois possible de souscrire une assurance, mais les conséquences ou les suites de cet accident ou cette pathologie seront exclus d’office de toute prise en charge. Votre cheval est tombé et nécessite une chirurgie suite à une fracture ? S’il était assuré avant l’accident, aucun problème, l’indemnisation aura lieu. Si en revanche vous décidez de l’assurer juste avant l’opération, c’est trop tard pour espérer une prise en charge, l’incident ayant eu lieu avant la souscription. Pour cette raison, il est conseillé de souscrire dès l’achat de son cheval, lorsqu’il est indemne de tout problème de santé, quel que soit son âge. En effet, même les chevaux retraités ont accès à l’assurance.

5. Pour protéger les autres

Assurer son cheval est une chose, assurer ses « victimes » en est une autre ! En effet, en tant que propriétaire et/ou gardien d’un équidé, vous devenez responsable des incidents dont il pourrait être à l’origine. Les exemples sont nombreux : Un rétroviseur abîmé lors de passage dans une ruelle, un potager ou une piscine à refaire suite à une échappée chez un voisin, un passage chez le vétérinaire pour le cheval attaché à côté du votre et qui aura fait connaissance avec ses postérieurs… Dans tous les cas, c’est la responsabilité civile du propriétaire ou du gardien de l’équidé impliqué qui permettra l’indemnisation de la victime. Le responsable n’a pas souscrit de RC ? Ce n’est en effet pas obligatoire… Mais il devra alors payer les frais de sa poche !

Vous êtes désormais convaincu? Vous pouvez effectuer un devis en quelques clics pour connaitre les garanties et tarifs les plus adaptés à votre situation.

Edité par Charlotte, le 2022-02-23

Partager l'article