• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



Saddle fitting: Posture(s)

  • facebook
  • sommaire
saddle-fitting-posture(s)

Saddle fitting: Posture(s)

2017-04-11 | Prévention, matériel, conseils

Bien monter - partie 3: Posture(s)?

« Un cheval est dangereux devant, dangereux derrière, et inconfortable au milieu »; ainsi parlait le grand Churchill. L’équitation, contrairement au préjugé qui fait grincer des dents tous les cavaliers, est bel et bien un sport, et pas des plus simples au point de vue physique. Toute accidentologie mise à part, les risques sont les mêmes que pour tous les autres sports :

  • De façon primaire, à cause de l’état physique du cavalier : problèmes de santé ou de posture inhérents à la personne, d’entraînement insuffisant ou excessif, d’hygiène de vie...
  • De façon secondaire, à cause de la pratique en elle-même : méthode d’équitation qui ne s’occupe pas de la posture, monture inadaptée (niveau technique, puissance, gabarit...), et aussi, un problème de matériel - en ce qui me concerne, principalement la selle mais aussi les étriers.
  • Et accessoirement, c’est le seul sport où le corps est soumis au mouvement direct d’un quadrupède à la biomécanique radicalement différente de la nôtre, et qui suggère donc des adaptations posturales importantes de la part de l’humain.

La discipline de l’ergonomie (mot français de plus en plus communément admis pour remplacer le terme de saddle fitting) consiste en deux points :

  1. Mise au point d’un matériel adapté
  2. Education des gestes et des postures nécessaires à l’utilisation de ce matériel.

On parle habituellement d’attitude pour le cheval, de position pour le cavalier, mais fondamentalement ça revient à la notion de posture pour l’un comme pour l’autre.

Pour le cheval, c’est le « schooling » (travail sur le plat, quoi) qui vise avoir un cheval souple et équilibré. Pour le cavalier, « thérapeute postural » quotidien de son cheval, le job commence par la lecture corporelle et fonctionnelle juste de sa monture  - d’où l’importance du travail à pied pour connaître son cheval « de l’extérieur ». Puis la mise en place d’un travail adapté à sa problématique et aux objectifs fixés pour le couple intervient. On comprend là tout l’intérêt d’être d’une part bien éduqué par les enseignements différents dans la vraie vie ou par d’autres biais (Internet c’est bien mais ça a ses limites), d’autre part d’avoir soi-même une posture sinon maîtrisée, du moins comprise et travaillée régulièrement.

Car le plus gros problème physique du cheval, c’est quand même le boulet qu’il a sur le dos... Concrètement, si le cavalier est tordu, il va engendrer chez son cheval des compensations que celui-ci n’aurait jamais eu s’il n’était pas monté par cette personne. Honnêtement, c’est toujours beaucoup plus compliqué de travailler sur le cavalier. D’une part, car il tend toujours à favoriser les soins de son cheval en premier lieu et à lui payer l’ostéopathe 50 fois / an tout en se négligeant lui-même : donc il traite la conséquence mais rarement la cause. D’autre part, car l’équitation n’est pas vécue pour beaucoup comme un sport où le cavalier est un athlète (ni même le cheval d’ailleurs).

Pour les cavaliers « sportifs », qui comprennent la relation entre état physique et performance (la performance n’étant absolument pas liée à la compétition!), on note quand même des évolutions, même souvent c’est difficile de conjuguer vie professionnelle, vie personnelle, pratique de l’équitation ET entretien physique complémentaire : c’est souvent ce dernier qui passe à l’as. Le développement d’un enseignement équestre qui conjugue la technique à cheval et le travail de posture permet en partie de pallier ce manque : Equitation Centrée, méthode Alexander, Balancier Global... et des dizaines d’autres plus ou moins réputées, plus ou moins pertinentes. Enfin, il reste toujours la méthode empirique, nécessaire et parfois douloureuse, de la bonne vieille mise en selle à l’ancienne « sans pédales ».

J’ai, pour mieux comprendre l’impact de mon métier, expérimenté moi-même en tant que cavalière pas mal de méthodes et de techniques, et entendu beaucoup de discours plus ou moins différents, plus ou moins sensés, plus ou moins cohérents. De mes recherches, j’ai tiré les conclusions suivantes :

  • Quiconque chercherait à systématiser un apprentissage postural et à en faire un fonctionnement universel se plante gravement : il n’y a pas de fonctionnement universel. Pour ma part, l’une des méthodes essayées m’a causé de gros problèmes équestres et il m’a fallu quelques temps pour réussir à revenir à un fonctionnement « normal ». Pour autant, je connais des gens pour qui ça a été fantastique et ça a révolutionné leur équitation. Mais ces personnes pouvaient correspondre physiquement aux attendus de l’enseignant.
  • Le seul enseignement qui vaille est celui qui prend en compte la personne telle qu’elle est réellement, dans ses formes, sa posture, ses asymétries, et tous ses problèmes. En réalité, le dit enseignant doit avoir lui-même une flexibilité d’esprit suffisamment importante pour comprendre les enjeux tant physiques que psychologiques qui sont mis en jeu par sa pédagogie, et une connaissance du corps humain et de l’équitation vraiment béton.
  • De ce fait, la seule chose à rechercher au niveau de la posture, c’est un point neutre à partir duquel toutes les articulations du corps du cavalier peuvent fonctionner en complémentarité les unes des autres pour absorber les mouvements du cheval – dans la mesure du possible car certaines personnes, par exemple des gens qui ont de l’arthrose, développeront des fonctionnements compensatoires. Ce point neutre, il me semble que c’est la verticalité du buste et l’horizontalité du plancher pelvien pour retrouver au mieux à cheval l’équilibre bipède – la clé de toute l’équitation étant la question de l’équilibre (si je m’enflamme je dirais que c’est le trait commun à toutes les choses de ce monde, mais trève de philosophie de comptoir).

Et c’est la même chose pour les chevaux, d’ailleurs ! Il n’y a pas une méthode qui vaille et toutes les autres qui sont pourries. Il existe des outils techniques, qui correspondent à différents chevaux, c’est tout. J’ai vu des chevaux révélés par une méthode y, et leurs voisins de box fracassés par la même méthode...

Bon, et le matériel dans tout ça ?

Après moult échanges et tests avec plusieurs « spécialistes posturaux », nous en avons conclu la chose suivante : si le cavalier n’a pas de selle qui lui permet d’adopter une posture qui correspond à son corps, tout acharnement est vain, et l’enseignement est grandement retardé. Pire encore : en contraignant le corps à aller dans des postures où la selle ne lui permet pas d’aller, le cavalier risque de se faire très mal au dos, aux articulations... Mais en revanche, dès que l’on trouve la selle qui convient bien : les progrès sont fulgurants... et les problèmes fondamentaux sont révélés, car tous les parasites sont supprimés ;-) c’est seulement là que le vrai travail postural peut commencer !

Attention à une chose quand même : la selle reste un objet technique. Comme une raquette de tennis ou une paire de skis, elle correspond à une certaine utilisation, à un certain niveau, à un certain moment de la vie du cavalier. Il peut être possible de faire toute sa carrière de cavalier avec une seule selle, si l’on n’en attend rien particulièrement. Mais dans d’autres cas, et pas uniquement en cas de changement de discipline, si on évolue vraiment, il peut être nécessaire d’en changer.

C’est au matériel de s’adapter au vivant, en théorie ; même si le vivant doit parfois faire un effort pour s’accommoder du matériel ! Dans un prochain article, j’essaierai d’explorer les limites de ces accommodations : jusqu’où peut-on / doit-on aller pour s’accommoder du matériel, et quels en sont les risques ? (oui c’était ce que je devais traiter aujourd’hui, mais finalement, il m’a paru essentiel de parler de posture avant...)

Article rédigé par Eugénie Cottereau - www.saddlefitting.fr