• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



Le bit fitting

  • facebook
  • sommaire
le-bit-fitting

Le bit fitting

2016-07-04 | Prévention, matériel, conseils

Trouver la bonne embouchure

Simple ou double brisure, petits ou grands anneaux, inox ou résine, pessoa ou pelham… Aujourd’hui, il existe non seulement une multitude de mors, mais aussi d’options ! Dès lors, comment trouver celui qui convient le mieux au cavalier et son cheval ? Comme pour les selles, il existe désormais des spécialistes des mors et bridons.

Je suis donc « bit fitter » c’est-à-dire spécialiste en embouchures et ennasures. Le « bit fitting » se développe depuis quelques années en Europe, essentiellement aux Pays-Bas, en Allemagne et en Angleterre.

Au départ utilisé dans le but de contraindre le cheval, le mors est désormais considéré comme un outil de communication. Les notions de confort et de bien-être du cheval entrent aussi de plus en plus en compte, sans doute poussées par le courant éthologique et des travaux dénonçant les effets néfastes que le mors peut entraîner sur la bouche du cheval. Face à cela, certains cavaliers ont préféré abandonner les embouchures au profit d’ennasures telles que les sidepull ou hackamore, et d’autres préfèrent se tourner vers le bit fitting… De plus en plus de gens sont conscients de l’importance d’avoir un matériel adapté.  Ils font donc vérifier leur selle, mais aussi leur mors. C’est à la fois une question de confort du cheval et de sécurité du cavalier. Car si certains chevaux souffrent en silence, d’autres peuvent avoir des réactions dangereuses face à la douleur, voire devenir rétifs. 

C’est  à force de rencontrer des chevaux avec des lésions buccales et d’entendre des propriétaires rencontrer des difficultés de bouche que j’ai décidé de me lancer dans le bit fitting.  Je voulais pouvoir apporter des réponses et aider mes clients, donc j’ai été me former à l’étranger.

Lors d’une séance de bit fitting , plusieurs paramètres sont importants : la bouche du cheval, son anatomie, ses problèmes de santé ou non, son âge, son niveau, sa discipline, son cavalier ou meneur et son matériel actuel.

Tous ces facteurs doivent être pris en compte.

Mon objectif en tant que bit fitter est de trouver le mors le plus confortable pour le cheval, et ce en fonction de la main de son cavalier.

Il y a donc une observation qui se fait pendant le travail de même que l’essai des différents mors et bridons.

En effet, on croit qu’un dispositif sans mors est forcément plus gentil qu’un bridon mais s’il est mal adapté ou utilisé, il engendre des pressions et peut causer des dégâts, notamment au niveau du nez.

Simple ou double brisure, des anneaux ou canons plus petits ou plus grands, un alliage différent, tel modèle ou tel autre… tout peut avoir une influence.

Pendant l’essai, soit le cheval s’exprime clairement ou, s’il ne le fait pas, le cavalier sent très bien les différences d’effets entre les mors. Je discute donc avec lui et, au fil de la séance, une solution finit par se dégager parmi les diverses que j’ai proposées.

Le travail du bit fitter est de proposer une solution adaptée à chaque cheval.

Chaque cheval a sa morphologie, son histoire et sa sensibilité,  il n’existe donc pas de solution standard.

Si l’intervention de ce dernier est considérée par certains comme un plus, elle devient toutefois nécessaire lorsqu’apparaissent les signaux d’alerte d’une embouchure mal adaptée : cheval qui mord son mors ou ouvre la bouche, langue qui sort, tensions à la monte, blessure ou irritation dans la bouche ou aux commissures des lèvres, cheval qui tient la tête haute, cheval lourd en bouche … En règle générale, une fois le bon mors trouvé, la visite du bit fitter n’en appelle pas d’autres, à moins que le cavalier passe par exemple du bridon à la bride ou constate à nouveau des signaux d’alarme chez son cheval.

Il ne faut toutefois pas perdre de vue qu’un mors adapté règle bien des problèmes, mais ne saurait compenser une mauvaise main… La main du cavalier est évidemment très importante. Elle doit toujours agir avec justesse et surtout ne pas rester constamment accrochée au mors, c’est-à-dire qu’elle doit rendre quand le cheval a répondu à la demande de son cavalier. 

 

Article rédigé par Géraldine Vandevenne, equine bit fitter

www.equibitfit.com

Illustration : Barres saines crâne équin