• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



Le portrait de Maxime Livio

  • facebook
  • sommaire
le-portrait-de-maxime-livio

Le portrait de Maxime Livio

2016-07-27 | Portraits cavalassur, partenaires, cavaliers

Le sponsoring de Maxime Livio par Cavalassur a commencé par le biais du circuit Grand National, dans lequel il fait équipe avec Mathieu Lemoine pour l'écurie Greenpex-Cavalassur. Depuis, nous suivons avec beaucoup d'admiration son parcours.

Quel parcours t’a amené à ton niveau actuel ?

Je pense que j’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de personnes qui ont été super bienveillantes à mon égard, de supers entraineurs, et puis mes parents m'ont toujours aidé. De fil en aiguille avec les rencontres avec de bons chevaux on a bossé, bossé, bossé et l’alchimie entre les chevaux, les personnes qui m’entourent, mes partenaires, a fait que ce travail nous a amené jusque là.

Quelles sont les performances notables de ta carrière équestre ?

Je pense que le très haut niveau commence au CCI 3 et 4 étoiles donc si je retiens ça j’ai une victoire à Saumur avec Qalao des Mers [CCI 3 étoiles en 2014], et une 2ème place à Pau dans le 4 étoiles avec Cathar de Gamel [2013] et puis une 2ème place récemment à Luhmuhlen dans le 4 étoiles avec Qalao. Ce sont les performances que je retiens.

Comment organises-tu tes activités équestres dans ta vie de tous les jours ?

C’est plus la vie de tous les jours qu’on organise en fonction des activités équestres, parce que ça peut nous prendre toute la journée, même parfois les soirées à réfléchir à ses chevaux, s’en occuper. La difficulté c’est plus de prendre le temps de faire autre chose que ça mais c’est vraiment la vie des chevaux qui rythme notre vie.

Quels chevaux composent ton piquet actuel ?

J’ai la chance d’avoir plusieurs chevaux pour faire 3 et 4 étoiles. Mon cheval de tête est Qalao des Mers, j’ai Opium de Verrières qui est 4ème au 3 étoiles de Saumur cette année. Juste derrière j’ai aussi Pica d’Or et Cathar de Gamel. Ce sont les 4 chevaux les plus prêts et les plus aguerris aujourd’hui.

Comment envisages-tu la suite de ton parcours ?

Encore plein de bons chevaux sur ma route, plein de performances, j’ai encore beaucoup de rêves à accomplir donc il faut bosser, réussir à trouver un système pour trouver les chevaux qui peuvent nous faire continuer de rêver, c’est un peu le travail en ce moment puisque mes 4 « vieux » chevaux sont de super chevaux mais ils sont plutôt dans leurs 2 ou 3 dernières saisons donc on est en train d’essayer de retrouver la relève de tous ces chevaux là. Si on la trouve il y aura encore plein d’objectifs. J’aimerais bien aussi faire un peu plus de concours hippique, j’adore ça. Il y a plein de projets, ça n’est pas fini !

Je pense que cette année Thierry [Touzaint] et l’équipe de France sont en position de force, vraiment. C’est la première année qu’il y a 7 ou 8 couples capables de gagner 3 étoiles. Moi je suis revenu vraiment au très haut niveau avec mon cheval de tête récemment donc je suis pleinement dans cette course là, maintenant ce que je souhaite vraiment c’est que l’équipe de France soit médaillée, j’espère avec une médaille d’or, je pense pouvoir les aider à le faire mais c’est vraiment le travail du sélectionneur de prévoir les meilleurs couples au meilleur moment donc c’est un des rêves et des objectifs dont on parlait. J’ai fait ma partie du boulot, maintenant c’est à Thierry de faire ses choix. Cette année il a la chance d’avoir le choix, il ne faudra pas que la sélection soit une fin en soi, c’est le début de quelque chose qui permettra d’aller chercher une médaille. Je suis vraiment dans cet état d’esprit là et si j’ai la chance d’y être on va vraiment bosser pour être performants là bas, le but n’est pas d’y aller mais d’être performant une fois sur place. Si je n’y suis pas, je suivrai ça de près parce que je pense qu’il y a vraiment une chance pour que l’équipe de France ramène une médaille.

Si tu étais…

  • Un cheval : Un cheval généreux, je préfère un cheval qui n’a pas toutes les capacités mais qui a un mental et un cœur en or. J’en ai pas mal des comme ça, alors je ne sais pas lequel je choisirais, mais un cheval qui aime le sport.
  • Un cavalier : Il y a beaucoup de cavaliers que j’admire énormément. Je pense que je me rapprocherais d’un gars comme Mathieu Lemoine !
  • Une qualité : Travailleur, bosseur.
  • Un défaut : Je suis un peu maniaque, ça n’est pas toujours facile pour les gens qui m’entourent au quotidien. J’ai une idée de ce que je veux et si on est pas dans ce que je veux, ça m’agace.
  • Un concours : Je n’ai jamais fait Badminton, Burghley, donc je ne peux pas tellement en parler mais j’aime beaucoup le concours de Braman parce que c’est le 3 étoiles le plus dur du monde pour moi et si on fait bien ce 3 étoiles là on peut aller faire 4 étoiles. C’est un bon test, qui permet de savoir où on en est.
  • Un hobby : Le cinéma.
  • Une devise : Toujours plus haut
  • Un rêve : Il y en a plein, mais après avoir tourné autour de cet objectif aux championnats du monde, une médaille mondiale, championnat du monde ou Jo…

Ces propos ont été recueillis lors du concours du Haras du Pin, quelques jours avant l'annonce des sélections pour les JO. Maxime n'ira pas à Rio cette année, mais ses projets enthousiasmants nous permettent d'affirmer que nous suivrons la suite de son parcours avec beaucoup d'intérêt!