• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



La sécurité en balade sur la route

  • facebook
  • sommaire
la-securite-en-balade-sur-la-route

La sécurité en balade sur la route

2017-04-06 | Prévention, matériel, conseils

Par Dans Mon Paddock

On l’attend tous depuis des mois: Le printemps! Le retour des beaux jours est une promesse de belles balades futures, à travers champs, en forêt, ou même sur la plage. Malheureusement, tous ces beaux paysages deviennent de moins en moins accessibles sans tâter du dragons... Chatouiller du démon.... Bref, sans emprunter les routes (*TATATAAAAAAA* musique choc).

Qui n’a jamais eu de mauvaise expérience à cheval sur les routes? Outre les "as du volant" qui font vrombir leur golfinelle "tunée", les vieux dont rien ne viendra en travers de leur chemin parce que "ça fait 50 ans qu’il y a jamais eu de problème", ou ceux qui, partant d’une bonne intention, se décalent de 50cm à 90km/h, les risques sont multiples sur les routes. Chiens en libertés, routes glissantes, nuit qui tombe, branches qui craquent ou flaques d’eau... autant de choses capables de faire passer notre cheval de Petit tonnerre l’intrépide à Ron Weasley face à une araignée en un dixième de seconde.  

Voici donc mes conseils pour braver le tarmac, goûter le bitume, ou plus simplement pour aller sur la route sereinement:

Avoir une monture dressée

Ça paraît bête, mais on ne s’aventure pas sur une nationale avec un cheval sans freins. Certes, un cheval effrayé partira tête baissée n’importe où, mais avec un cheval un minimum dressé, on peut espérer qu’à un moment dans sa fuite il se rappelle que le bonhomme au-dessus de lui ne s’agite pas en selle simplement pour tourner Gangnam Style 2. Pour l’éducation d’un jeune, on appréciera la compagnie d’un vétéran à nos côtés.

Être assuré

Pas seulement pour nous et notre monture, mais aussi pour des dégâts éventuellement causés à des tiers (casser une clôture, piétiner un parterre, taper dans un rétroviseur.... Autant de petites choses qui paraissent absurdes mais que nous pouvons abîmer avec tout notre barda. Et là je parle des cas les moins graves, il va de soi qu’on évite de déboîter la prothèse de hanche de la voisine en la bousculant avec notre gros cob!).
La responsabilité civile (qui assure des dégâts causés par le cavalier et sa monture) et la licence pratiquant (qui assure le cavalier dans certaines conditions bien définies) sont selon moi un minimum à avoir.

Prévenir

Que ça soit le personnel de l’écurie ou un proche, et même si l’on part à plusieurs, on prévient quelqu’un de nos intentions, et du temps qu’on pense y accorder. Bien sûr, BigBrother is not watching you, et rien ne nous empêche de modifier l’itinéraire dans un élan de liberté, mais prévenir à peu près du secteur où nous devrions être est déjà un début, et permettra dans le pire des cas de savoir où commencer des recherches (bah oui, c’est pas drôle, mais nous savons tous que les accidents n’arrivent pas qu’aux autres).
Dans le même thème, même si "C’était mieux avant", le progrès technologique nous a apporté le téléphone portable, pensons-y!

Être visible

Lors des sombres journées orageuses, ou en hiver quand la nuit tombe de bonne heure l’important est d’être vu des autres usagers de la route. Pour cela de plus en plus de marques se mettent aux accessoires "haute visibilité" pour le cheval et le cavalier. Alors certes, le jaune ne va pas à tout le monde (ça tombe bien, ils le font en orange et même en rose!) mais ça peut nous sauver la vie!
Si vraiment le jaune fluo c’est pas votre délire, ou que vous bossez à la DDE et que vous saturez, il existe depuis peu de supers accessoires à LED: guirlandes à accrocher à la queue, brassards, et j’en passe.

Eviter les heures de pointe

Tant que possible, prévoir les horaires et évitez les heures de pointes du type 08h-09h, 12h-14h, et 16h-18h en semaine, durant le chassé-croisé du travail, quand les gens sont en retard le matin, affamés le midi, et pressés de rentrer le soir.

Varier les tracés

Parce que le risque en utilisant toujours le même chemin, c’est que notre monture comprenne, anticipe le retour, et nous embarque sans concentration direction la maison (et pour un peu que ça soit l’heure du repas... Bonne chance...)!
La routine c’est tabou, on en viendra tous à bout! 

Attention aux bouches d’égout

Outre le fait que cela résonne, risquant d’effrayer notre monture, les chevaux ferrés ont de grandes chance de glisser, de se faire peur, de nous déséquilibrer, bref... De gâcher toute notre zenitude si durement acquise. 

Se faire respecter, avec politesse

Les automobilistes ne font pas forcément attention à notre situation. Or à cheval nous avons autant de droits que tout le monde d’utiliser les routes, étant considérés comme un véhicule (à traction animale, mais un véhicule quand même). Des lois existent sur le fait de faire se côtoyer voitures et animaux, n’hésitons donc pas à imposer notre présence: un signe pour ralentir, rester à notre place, sur un tiers de la voie, comme le ferait un vélo, pour faire comprendre à l’automobiliste pressé que nous ne nous jetterons pas dans le fossé pour ses beaux yeux et qu’il devra s’écarter (sauf bien sûr, si le concerné devient dangereux pour nous). En échange de quoi, nous devons respecter le code de la route (stop, priorité à droite, etc. ...), et rester courtois (un sourire, un bonjour, un merci... Cela ne fait jamais de mal). De cette manière les automobilistes (et cyclomotoristes bien sûr) assimileront peut-être que s’ils nous respectent, nous ne serons pas le paysan coincé et casse-bonbon sur son sale canasson qu’ils imaginent.

Ceci étant dit, et la liste est non exhaustive (je vous passe le plus farfelu mais néanmoins pas si bête du style : noter son groupe sanguin dans son casque, ou installer des clignotants à son troussequin)… Bonne ballade !

Article rédigé par Dans Mon Paddock (Blog - Facebook - Horsealot)


A propos de l'auteur:

"Je m'appelle Axelle, J'ai 23 ans. Je monte à cheval depuis près de 18 ans, initiée par mes parents. J'ai été pensionnaire, propriétaire, et piétonne en manque de cheval aussi! Je tapote sur mon clavier durant mon temps libre pour parler de mes découvertes, astuces, ou ressenti sur du matériel, des exercices, ou des méthodes... tous ce qui parle de chevaux!"