• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



La génétique des robes

  • facebook
  • sommaire
la-genetique-des-robes

La génétique des robes

2018-08-29 | Prévention, matériel, conseils

Savoir quelle est exactement la robe de son cheval, et quelle pourra être celle de son poulain, c’est un vaste sujet, souvent compliqué à traiter. Grâce à Charlotte, Ambassadrice Cavalassur 2018 et éleveuse de chevaux et poneys (souvent) colorés, essayons d’y voir plus clair avec ce début d’explications !

Qu’est ce qui définit une robe ?

Lors de son développement, la couleur du poulain est définie par un gène. Celui-ci est composé de 2 allèles, l’un hérité de l’étalon (le père) et l’autre de la jument (la mère). C’est ce gène qui permettra d’identifier avec certitude une robe, grâce un test qui peut être effectué en France ou aux Etats Unis après envoi de quelques crins du cheval concerné (ou des deux parents pour pouvoir prévoir le résultat de leur union, ou le poulain directement).

Lors de ce test, vous demanderez au labo de vous indiquer si oui ou non le cheval est porteur d’un gène (c’est donc à vous de choisir les gènes à rechercher). Vous aurez plusieurs résultats possibles pour chaque gène. Admettons que vous demandiez au laboratoire une recherche du gène noir (qui s’appelle en fait le gène Extension, noté « E »).

1) Le cheval est homozygote (noté avec 2 majuscules sur les résultats donc EE) sur le noir : Ses deux allèles sont noirs, par conséquent la part génétique qu’il transmettra à son poulain est forcément noire. Le produit aura donc un allèle noir, et l’autre dépendra de son 2ème parent.

2) Le cheval est hétérozygote (noté avec 1 majuscule et 1 minuscule donc Ee) sur le noir : Un seul de ses deux allèles est noir. Le poulain a donc 50% de chance d’hériter de l’allèle noir, et 50% de chance d’hériter de l’autre allèle. Encore une fois, cela dépendra aussi de l’allèle du 2ème parent.

3) Le cheval est non porteur (noté avec « n » et parfois la lettre du gène en minuscule, donc ee ou E/n) : Aucun de ses deux allèles n’est noir, par conséquent le poulain n’héritera pas du gène noir par ce parent.

Quelle robe pour quels gènes ?

Une fois que l’on a identifié le patrimoine génétique de plusieurs chevaux, on arrive dans le vif du sujet. En effet, on peut connaitre la robe (ou, du moins, les robes possibles) d’un poulain en connaissant les gènes des parents. Bien entendu, quand les deux parents sont homozygotes sur le même gène, c’est assez facile : Le poulain aura la même couleur. Mais étant donné le grand nombre de possibilités génétiques, les prédictions sont assez complexes !

Un gène peut être dominant (visible sur le cheval) ou récessif (non visible, mais transmissible).

Les possibilités sont donc infinies, de la plus simple à la plus compliqué (qui peut mêler le pie et le dilué sur des robes de base !).

Les robes de base

Pour simplifier, nous admettrons qu’il existe 2 gènes de base : E pour Extension (noir) et A pour Agouti (ou rouge, qui donne une crinière et une queue noires). On peut également évoquer sa mutation At (qui donne un bai très foncé avec le bout du nez et les rotules roux, qu’on appelle communément et donc à tort noir pangaré) : le Seal brown.

Avec seulement ces deux gènes, on obtient déjà 3 robes de base :

- noir (au moins un allèle E, et pas d’allèle A)

- alezan (pas d’allèle E, éventuellement un allèle A)

- bai (1 allèle E et 1 allèle A) et sa mutation (At)

Les robes de couleur

Evidemment lorsqu’on s’intéresse à la génétique des robes, c’est plutôt parce qu’on espère comprendre les enjeux des couleurs un peu moins basiques. Voici donc d’autres gènes qui vont modifier ces robes de base.

Les gris

Gray (G) : C’est celui fait que nos gris finissent inexorablement blancs, même lorsqu’ils naissent alezans, bais, noirs ou de n’importe quelle autre robe même les colorées comme un tobiano isabelle!

Les gènes qui diluent (éclaircissent) une robe

Crème (Cr) : Il dilue la robe de celui qui le porte, et s’il est homozygote (CrCr) ses yeux sont bleus. Ainsi, un cheval ayant un allèle alezan + un crème sera palomino, un bai + un crème sera isabelle.

Champagne (Ch) : Il est assez rare et donne des yeux clairs, des muqueuses mouchetées et une robe diluée. Les variations de champagne vont du beige à l’orangé.

Silver (Z) : C’est un gène de dilution rarissime chez les chevaux et poneys de sport. Il dilue principalement les crins, et n’agit pas sur les robes de base alezane.

Dun (D) : Ce gène est celui des chevaux au look primitif comme les Fjords ou les Przewalski, mais on le retrouve aussi chez certains Quarter et Paint Horses. Même s’il est comparable au gène crème, on l’identifie facilement car il implique dans la plupart des cas une raie de mulet, une crinière bicolore et des zébrures sur les membres.

Pearl (Prl) : Il n’est visible que lorsqu’il est homozygote, et récessif. Il n’a donc pas toujours d’influence sur la robe du cheval, mais présente un intérêt lorsqu’il est combiné avec un gène crème : Associés, ces deux gènes Pearl + Crème forment un gène homozygote, et se transmettent donc de façon certaine.

Les gènes qui tâchent (panachures, pies)

On entre ici dans une grande complexité. Pour simplifier au maximum :

- La plupart des chevaux pie sont porteurs du gène tobiano (To).

- Le frame overo (O) est un gène répandu chez le Paint, et a pour particularité d’être mortel quand il est homozygote. Cela signifie que si vous prévoyez un croisement, il est fortement conseillé de tester le gène (pas toujours évident à identifier à l’œil puisqu’il peut s’agir d’une seule petite tâche), et de ne surtout pas croiser deux chevaux frame overo : Le poulain pourrait ne pas y survivre

- Le Splash White (SW) existe sous 3 formes. Il donne souvent des yeux bleus et des têtes avec de grandes étendues blanches (belle face). Des recherches sont en cours afin de déterminer si 2 de ses formes sont ou non responsables d’une surdité constatée chez certains produits.

- Le dominant white (DW) est répandu chez les chevaux de sport, il s’agit en fait d’une robe pie… Sans les tâches, avec la peau rose ! Il se manifeste sous plusieurs formes : De la plus discrète (une liste, des balzanes) à la plus envahissante (chevaux qui semblent totalement blancs) en passant par une forme de pie où les panachures semblent avoir été déchirées dans la couleur.

- En bref, il est très conseillé de faire tester les reproducteurs porteurs de blanc (pie), car certaines associations présentent un risque létal important (avortement ou décès dans les 48h qui suivent la naissance).

- Le roan (Rn) donnera un mélange de poils entre la couleur de base et le blanc).

- Le Léopard (Lp), une forme d’appaloosa avec de petites tâches sur tout le corps, qui a la particularité de rendre les chevaux homozygotes aveugles dans le noir (la nuit).

 

Tout ceci ne constitue qu’une petite base de possibilités, voici quelques liens qui pourront vous permettre d’aller plus loin dans vos connaissances génétiques :

Le site du Haras Silverstar, grâce auquel Charlotte (que nous remercions encore une fois pour son aide précieuse) développe l’élevage de chevaux majoritairement noirs ou noirs silvers.  Vous y trouverez de nombreuses illustrations de robes parfois méconnues, ainsi que sur son ancien site. Photo d'illustration tirée de leur collection personnelle.

Le site très complet de Caroline Sauvegrain, « Robes et Génétique ».
La page des Haras Nationaux consacrée à la génétique des robes.

La page du Rocher Saint Loup sur la génétique des robes de chevaux américains (avec notamment la traduction des termes anglais/français).