• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



L’entretien des pieds

  • facebook
  • sommaire
l’entretien-des-pieds

L’entretien des pieds

2016-11-16 | Infos vétérinaires, pathologies, traitements

Pas de pieds, pas de cheval ! Qui n’a pas déjà entendu cet adage tellement vrai… Les chevaux ne sont pas égaux devant la qualité de corne, aussi il est important d’adapter les soins aux éventuels problèmes rencontrés.

Généralités

Le sabot a un réel besoin d’hydratation. Pour des chevaux qui vivent au pré, ce besoin est généralement compensé naturellement par l’humidité de l’herbe (rosée, pluie…). Au box, la configuration est différente puisque le pied évolue dans un environnement artificiellement reconstitué et qu’il est parfois très sec lorsque le box est propre, ou envahi de bactéries (box sale). Il est à noter aussi que les sols abrasifs (sable notamment) ont tendance à rayer légèrement la surface du sabot, et par la même occasion à la dessécher.

Il existe sur le marché un panel de graisses, onguents, crèmes, huiles, gels à appliquer sur les sabots. En terme de fréquence, il n’y a pas de règle. Il est généralement déconseillé de graisser tous les jours, afin de laisser au sabot le loisir de s’équilibrer naturellement. Certains chevaux, ou certaines périodes ne requièrent aucun traitement particulier, d’autres devront être soignés plusieurs fois par semaine.

Entretien des pieds secs

Lorsqu’il est trop sec le sabot est dur, parfois fendillé. Il manque de souplesse. Le but premier sera de l’hydrater. Un sabot sec sera graissé à l’aide d’un onguent vert, riche en huile de laurier. Ce type de produit va agir comme une crème hydratante mais également emprisonner l’eau du sabot. Pour cette raison, doucher permettra de retenir plus d’eau, plus longtemps dans la corne.

Il est également possible d’utiliser de l’huile (spécifique, à acheter en sellerie, ou de l’huile végétale simple), qui aura les mêmes propriétés. On dit parfois qu’elle tient moins longtemps sur le pied que la graisse. Un aspect pratique de l’huile est le fait qu’elle ne fige pas lors de grands froids, ce qui peut s’avérer utile en hiver lorsque le pot de graisse forme un bloc solide !

Entretien des pieds humides

Lorsque le pied baigne en milieu humide, il est mou, friable, le cure pied laisse des sillons lorsqu’on gratte la corne. Un pied trop mou et humide sera fragilisé et plus sensible aux bactéries et aux infections. Il est donc important d’assécher un peu ce type de sabot pour le rendre plus fort. On utilisera alors de la graisse noire, qui prend généralement cette couleur car elle contient du goudron. Le goudron a un fort pouvoir asséchant, il est également commercialisé pur et peut être utilisé dans certaines conditions : Uniquement sur le dessous du pied (la paroi deviendrait trop sèche si elle en recevait), et uniquement sur un pied sain. En effet, il forme une pellicule fortement isolante. Si votre cheval a une fourchette pourrie, l’infection serait contenue dans le pied ce qui serait dommageable pour la guérison.

La fourchette pourrie peut être facilement identifiée : Elle est molle, la lacune médiane est creusée, une odeur désagréable s’en échappe. Il existe de nombreuses méthodes pour la soigner. La liqueur de Villate (un liquide bleu que vous trouverez en pharmacie ou en sellerie), l’huile essentielle de tea tree, à imbiber dans un coton et à placer le plus profondément possible dans la lacune, en font partie. Pour certains, les solutions pour bains de bouche ou l’eau oxygénée sont également efficaces. Quoiqu’il en soit, nous vous encourageons à consulter votre vétérinaire ou votre maréchal avant tout, ils sont les seuls à pouvoir vous donner des conseils adaptés à votre situation.

En conclusion, il est primordial de bien garder à l’esprit que la plupart des problèmes de pied sont dus à un défaut dans l’alimentation du cheval. De la même façon que nous, humains, aurons une peau plus nette avec une alimentation équilibrée, les chevaux qui ne souffrent ni de carence ni d’instabilités dans leurs apports seront probablement peu sujets aux soucis de sabots.