• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



Comment tondre un cheval

  • facebook
  • sommaire
comment-tondre-un-cheval

Comment tondre un cheval

2016-10-13 | Prévention, matériel, conseils

Le froid arrive, la valse des couvertures également, et la question revient tous les ans : Dois-je tondre ? Il semble paradoxal d'enlever une protection contre le froid à son cheval en hiver. Cependant s'il est amené à avoir une activité physique très régulière, et que vous avez des difficultés pour le sécher correctement après le travail, la tonte sera envisagée pour lui éviter de prendre froid lorsqu'il est mouillé par la transpiration.

Quand tondre ?

La réponse dépend de plusieurs paramètres : La pilosité du cheval tout d’abord, car certains sont déjà des nounours alors que d’autres ont encore le poil très court. Ces disparités dépendent de la race, de la région, de la résistance au froid de chaque équidé. Ensuite, la météo peut être un facteur qui vous encouragera à patienter un peu : Attendre qu’il fasse vraiment froid la nuit comme le jour, et que votre cheval ait sorti tous ses poils, permettra certainement de retarder la prochaine tonte, voire de n’en faire qu’une seule. Cela vous évitera aussi de passer votre temps à découvrir et recouvrir, car les journées peuvent être encore très douces. Enfin, si vous avez des contraintes liées à la tonte (cheval compliqué, location de tondeuse…) vous préfèrerez certainement attendre le plus possible en espérant réduire au minimum le nombre de tontes.

Certains cavaliers couvrent leur cheval dès les premières fraicheurs, pour retarder la pousse du poil (le cheval ayant moins froid en produirait moins). Cela fonctionne chez certains, pas sur tous.

Quoiqu’il en soit, quand la couche de poil est assez épaisse pour faire transpirer abondamment votre cheval et que vous ne parvenez pas à le sécher rapidement ensuite, il est temps de sortir la tondeuse.

Préparer la tonte

En premier lieu il convient de sortir le matériel nécessaire : la tondeuse bien sûr, chargée si elle est sans fil, avec une rallonge dans le cas contraire. Il faudra également de l’huile pour tondeuse, une brosse, une couverture.

Il est conseillé de procéder à la lumière du jour, pour une meilleure visibilité. Le lieu devra être calme et abrité des courants d’air.

Si le cheval n’a jamais été tondu ou qu’il manifeste une crainte, prévoyez une aide qui le tiendra et le rassurera. Prenez le temps de l’habituer bien à l’avance, progressivement, au bruit et au contact de la tondeuse.

Choisissez avant de commencer le type de tonte que vous souhaitez (intégrale, avec ou sans la tête, les membres, en manteau etc) en fonction de vos besoins. Si vous manquez de pratique, vous pouvez marquer les délimitations (membres, haut de la queue, tête…) à l’aide d’une craie. Ce procédé évite également les asymétries. Si vous voulez dessiner un motif, c‘est le moment de le reproduire. Enfin, il est conseillé de laisser une partie non tondue sous la selle. Cette zone a tendance à s’user rapidement, il convient donc de laisser un peu de poil pour atténuer les frictions entre la selle/le tapis et la peau. La craie peut de nouveau être utile pour dessiner une forme bien symétrique.

Si les peignes ont été démontés, il faudra les replacer et serrer la vis qui les maintient en respectant le mode d’emploi de la tondeuse (en général un tour et demi). Veillez à ce qu'ils aient été affûtés pour un fonctionnement optimal. Les peignes ont tous des caractéristiques particulières (coupe du poil plus ou moins court, plus ou moins de dents permettant d'affronter des poils denses), à vous de choisir.

Enfin, faites un pansage au cheval afin de décoller les poils et d’enlever un maximum de poussière.

Comment procéder pour tondre

Vous êtes prêts. Graissez votre tondeuse en passant un filet d‘huile à la base des peignes et dans les petits trous de part et d’autre. Cette opération devra être renouvelée toutes les 5-10 minutes pour éviter que le frottement des peignes ne fasse chauffer la tondeuse. Faites attention à ce que le fil électrique ne passe pas dans les pieds du cheval.

En premier lieu allumez la tondeuse à distance de votre cheval, puis approchez-vous tranquillement afin de vérifier qu’il n’a pas de réaction de crainte. S’il est calme et confiant, posez la tondeuse en marche sur ses flancs, qui sont une partie peu sensible aux vibrations. S’il ne réagit pas particulièrement, il est temps de commencer.

Pour être efficace, vous devrez tondre à rebrousse-poil, la tête de la tondeuse posée presque à plat sur la peau. La pression dépend de l’épaisseur du poil, de la sensibilité du cheval et de l’efficacité de la tondeuse, mais théoriquement vous ne devez pas forcer, juste appuyer légèrement la machine sur le poil de façon régulière.

Un peu comme en peinture, il faut tout d’abord dégager les angles. Commencez par tondre le long des démarcations que vous aurez préalablement faites à la craie.

Vous avez ensuite deux options : Commencer par les détails (têtes, membres, motifs, démarcations précises mais aussi zones d’épis comme le grasset ou le poitrail) pour profiter de la patience de votre cheval, s’il est susceptible de bouger un peu plus avec le temps qui passe. Lorsqu’il commencera à s’impatienter, vous n’aurez plus que les grandes étendues faciles (croupes, flancs, encolure) à faire.

Si votre cheval, au contraire, est un peu inquiet au début et se tranquillise ensuite, vous pouvez faire l’inverse en commençant par la partie facile.

Pour les parties les plus sensibles (tête, membres) vous pouvez utiliser une tondeuse de finition. Plus petite et maniable, moins bruyante, elle permettra également un travail plus précis.

Il est primordial de tendre la peau aux endroits où elle plisse naturellement (grasset, entre les antérieurs etc), sans quoi la tondeuse la pincera, ce qui est assez désagréable et douloureux pour le cheval. Au niveau de la tête, une grande prudence est recommandée, notamment au niveau des yeux qu'il faudra protéger de la main.


Pensez à passer un coup de brosse régulièrement sur le cheval et la tondeuse pour faire tomber les poils.

Lorsque vous arrivez au bout de la tonte, reculez de quelques pas pour vérifier l’ensemble, puis regardez de près s’il n’y a pas d’oublis. Couvrez rapidement le cheval une fois que vous avez terminé.

Après la tonte

Votre cheval ne bénéficie plus de sa protection naturelle contre le froid, il devra donc être soigneusement couvert : Couverture au repos et couvre reins au travail seront indispensables. Vous retrouverez tous nos conseils sur les choix de couvertures dans cet article.

Vous pouvez tondre à nouveau votre cheval quand vous le souhaitez. A vous d’adapter votre programme de tonte à vos éventuels concours (en hunter notamment, il est demandé de tondre les chevaux poilus).

Si malgré vos précautions vous avez par mégarde pincé la peau de votre cheval et qu’il saigne légèrement, pensez à désinfecter la plaie.

Enfin, pensez à bien nettoyer la tondeuse en démontant les peignes et en brossant les poils qui s'y trouvent. Faites affûter les peignes au moins toutes les 4 ou 5 tontes, plus souvent si vous tondez intégralement et/ou que votre cheval a le poil très dense.