• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



1ère endurance, mode d'emploi

  • facebook
  • sommaire
1ere-endurance--mode-d-emploi

1ère endurance, mode d'emploi

2018-11-20 | Prévention, matériel, conseils

Vous sortez régulièrement en extérieur avec votre cheval, et aimeriez découvrir de nouveaux lieux tout en apportant une touche sportive à vos balades ? Vous êtes à l’aise aux 3 allures, même seul ? L’endurance est faite pour vous ! Voici quelques conseils pour débuter dans cette discipline.

Choisir et préparer son épreuve

La première chose à faire est de lire attentivement le règlement FFE (vous le trouverez sur FFE > disciplines > endurance > règlement spécifique endurance). Vous constaterez qu’il est conçu pour que votre cheval ou vous-même ne soyez pas mis en difficulté dès le départ : La progression pas à pas est obligatoire ! Vous aurez donc accès à peu de courses dans un premier temps, que vous devrez effectuer dans une vitesse prédéfinie, et faudra vous qualifier (c’est-à-dire terminer sans élimination) pour vous présenter sur un niveau supérieur (le cavalier et le cheval doivent se qualifier, ensemble ou séparément). Lorsque vous débutez, vous avez donc accès à des courses de 10 à 20 kms, à une vitesse imposée entre 10 et 15 kms/h selon les niveaux (parfois moins pour les épreuves poneys).

 

A vous de choisir le concours auquel vous souhaitez participer (sur le site FFE SIF pour le niveau club, FFE Compet pour les amateurs). Les cavaliers de moins de 12 ans doivent être accompagnés d’un cavalier majeur, prenant part ou non à la compétition (mais dans tous les cas, il devra se présenter aux contrôles vétérinaire, tout comme son jeune compagnon). Enfin, les mineurs doivent être titulaires au moins du galop 2. L’engagement se fait via votre compte engageur en amateur ou votre centre équestre en club.

 

La préparation physique du cheval doit être régulière et douce : Il faut privilégier les sorties longues et lentes. Rien ne sert d’aller faire 3 trottings musclés la semaine de la compétition si le cheval n’a pas été monté pendant plusieurs semaines ! Si vous sortez régulièrement en balade – y compris au pas actif - ou en randonnée, ou si votre cheval est travaillé régulièrement, il est probablement déjà prêt. Vous pouvez vous familiariser avec la vitesse de course avec une application ou une montre GPS, ou en calculant sur une carte si vous en avez l’habitude, mais il n’est ni utile ni bénéfique de ne sortir que sur cette vitesse ; l’effort demandé à l’entrainement n’est pas du tout le même que celui fourni en course.

Pour information, 10 à 12 kms/h représentent un tout petit trot, 12 à 15 un trot normal ou actif (selon la foulée et la taille de votre monture).

Choisir et préparer son matériel

Si vous avez bien lu le règlement, vous en aurez retenu les points suivants :

Pour le cheval, toutes les embouchures sont autorisées mais aucun enrênement autre que la martingale. La monte sans mors est autorisée (à l’exception des entiers, au moins sur la 1ère boucle) mais le juge peut vous demander de présenter votre cheval en filet s’il le juge agité ou dangereux. Attention, l’effort n’est pas intense mais tout de même prolongé, pensez à tester votre matériel à l’avance pour prévenir toute blessure liée au frottement. Si vous souhaitez avancer dans la discipline, vous pouvez investir un dans bridon synthétique, qui pourra être mouillé sans s’abimer.

 

Concernant le cavalier, la tenue doit être adaptée à l’équitation et le casque est bien sûr obligatoire. Vous n’aurez pas droit aux éperons, mais pouvez utiliser une cravache. Certains concours vous fourniront un dossard sous forme de chasuble, d’autres uniquement un numéro et dans ce cas vous devez prévoir un porte dossard (idem pour votre assistance).

Déroulement du concours

L’organisateur du concours communiquera les horaires de chaque épreuve sur le programme du concours quelques jours avant la manifestation. Certains mettront également les horaires sur leur page facebook ou leur site internet. A vous d’être présent sur les lieux suffisamment tôt pour avoir le temps de récupérer votre dossard, votre fiche de suivi vétérinaire et votre carnet de route, et repérer à quel endroit se déroule la visite vétérinaire et le départ de la course. Sur les épreuves dont nous parlons, vous aurez une plage horaire pour le départ et pourrez choisir l’heure (exacte) à laquelle vous passerez la ligne suivant les disponibilités. Vous pouvez être plusieurs à choisir le même horaire (ce qui peut être utile si vous souhaitez évoluer avec des amis par exemple, mais qui est à éviter si votre cheval a tendance à chauffer avec d’autres), à vous d’optimiser votre choix !

 

Vous allez commencer par présenter votre cheval à la visite vétérinaire. Muni(e) de son carnet et de votre carte vétérinaire, vous (ou une personne de votre choix) allez montrer votre cheval en main (en licol ou filet) afin qu’il subisse un examen vétérinaire sommaire, statique et en mouvement (vous devrez faire un aller-retour au trot dans un couloir prévu à cet effet, en repassant au pas pour faire demi-tour, et en restant à l’extérieur afin de ne pas cacher l’équidé au vétérinaire qui l’observe). C’est assez rare, mais si votre cheval présente une irrégularité d’allure, un rythme cardiaque anormalement élevé ou un examen qui indique que la participation à la course pourra lui porter préjudice, vous serez éliminé. Si tout s’est bien passé, vous récupèrerez votre carte vétérinaire et pourrez aller préparer votre départ.

 

Lisez attentivement le carnet de route : Vous connaitrez la distance exacte de la course (les chemins ne permettent pas toujours de faire des boucles comportant un nombre rond de kilomètres), la couleur du balisage que vous devez suivre, et toutes les informations utiles. Grâce à la distance, calculez le temps imparti : Sur une club 3, vous devez vous déplacer à une moyenne comprise entre 10 et 12 kms/h, soit 5 à 6 minutes par kilomètre. C’est-à-dire que si la course fait 21 kms, vous devrez la boucler au bout d’1h45 au moins, 2h06 au maximum. Comptez, en fonction de votre heure de départ, à quelle heure vous devrez arriver.

 

Vous partirez donc à l’heure annoncée. Une horloge vous indique l’heure officielle, vous pouvez caler votre montre sur cette heure ou utiliser un chronomètre. Un panneau tous les 5 kms vous indiquera la distance parcourue : Vous devrez donc, selon les calculs de l’exemple de la club 3, passer ces panneaux toutes les 25 à 30 minutes. Idéalement, votre vitesse sera la plus régulière possible. Cependant, le terrain ou le dénivelé vous obligeront peut être à repasser au pas, et vous aurez également des opportunités de galoper sur des sols plus faciles pour « rattraper » le temps perdu. Cela va de soi, mais écoutez votre cheval ! S’il souffre de la chaleur ou s’il semble souffler un peu fort, ralentissez.

 

Vous allez certainement rencontrer d’autres cavaliers, qui vous doubleront, ou que vous doublerez : Appliquez toutes les règles de sécurité (prévenez, prenez vos distances, ralentissez si besoin, tenez la droite si vous êtes doublé) quand cela se présentera.

 

A 1 km de l’arrivée, un panneau vous indiquera où vous en êtes. Adaptez votre vitesse pour arriver dans les temps, en sachant que plus vous terminerez dans le calme, meilleur sera le rythme cardiaque ! Passez la ligne, et occupez-vous de votre cheval : Dessellez-le, faites le boire, mouillez-le s’il a chaud (puis passez le couteau de chaleur et recommencez, pour le rafraichir au mieux). Vous pouvez être assisté par un ou des amis dans cette opération. Vous avez une ½ heure après l’arrivée pour présenter votre cheval à un nouveau contrôle vétérinaire, similaire au premier. Le vétérinaire va de nouveau vérifier que tout va bien, et noter le rythme cardiaque du cheval sur la carte. En cas d’irrégularité sur l’un des examens, vous serez éliminé (ce qui compromettra donc votre qualification pour le niveau supérieur). Après avoir pris soin de votre cheval, vous n’avez plus qu’à attendre les résultats. Sur les courses à vitesse imposée, ils sont calculés en tenant compte à la fois de la vitesse moyenne (qui doit rester dans les limites imposées) et du rythme cardiaque à l’arrivée. Restez jusqu’à la remise des prix, les concours d’endurance sont conviviaux et les cavaliers classés sont tous ceux qui ont terminé sans élimination !

Pour aller plus loin

Si vous avez apprécié votre première course, il ne reste plus qu’à continuer ! Progressivement, vous pourrez vous qualifier sur des courses d’une distance plus longue, à une vitesse supérieure. Il existe également des courses en équipe qui se déroulent sous forme de relais. A vous d’adapter votre entrainement à vos objectifs, passés les premiers niveaux il faut tout de même prendre le temps de construire un planning qui permettra à votre cheval comme à vous de prendre du plaisir dans ce sport qui devient exigeant au fil de la progression. Vous pourrez vous familiariser avec les courses plus longues qui se déroulent sur plusieurs boucles, entrecoupées de pauses comportant un contrôle vétérinaire, avec des points d’assistance précis (à vous de prévoir des amis motivés par l’expérience !), et peut être aller jusqu’à des courses à vitesse libre, dans lesquels le premier arrivé gagne, à condition de passer avec succès tous les contrôles vétérinaires. Contrairement aux autres disciplines, l’élimination fait partie du jeu et n’est pas rare en endurance : C’est votre expérience qui vous permettra de l’éviter, et peut être d’aller chercher des classements même si terminer sans encombres, c’est déjà gagner !

 

Merci à Laure, cavalière d'endurance, pour sa relecture et à Julia Montagne et Saprima de Bozouls (photo).