• 1Connexion
  • 2Votre profil
  • 3Validation

Sélectionnez votre choix

client

J'ai un compte client

intervenant

J'ai un compte intervenant équin

veterinaire

Vétérinaire agréé
1/3 Payant

clinique

Clinique agréée
1/3 Payant

carnetenligne

Professionnel
non agréé

ou je créé un compte

Email

Mot de passe Mot de passe oublié ?

Email


Créez un compte



Protéger un cheval au repos

  • facebook
  • sommaire
proteger-un-cheval-au-repos

Protéger un cheval au repos

2016-12-21 | Prévention, matériel, conseils

Nous avons déjà évoqué précédemment les protections au travail, il était donc logique que les protections au repos soient à leur tour passées au crible.

Quel cheval doit être protégé au repos ?

Dans l’absolu, un cheval n’a aucun besoin d’être protégé, encore moins lorsqu’il ne travaille pas. Cependant plusieurs facteurs peuvent expliquer qu’un cavalier souhaite utiliser du matériel de protection :

Tout d’abord, nous sollicitons nos chevaux bien au-delà de ce qu’ils pourraient proposer naturellement. Travailler un cheval sur des mouvements compliqués ou sur des sauts répétés implique la sur-utilisation de tissus qui n’ont pas été conçues pour un tel effort. L’intensité du travail et la robustesse plus ou moins affirmée de chacun aura des conséquences, parfois imperceptibles, parfois visibles, sur les tendons et les articulations de nos équidés.

Ensuite certains chevaux ayant à leur actif une blessure plus ou moins ancienne gardent une fragilité sur un membre. Ils ont donc besoin d’un soutien particulier pour poursuivre leur carrière sportive sans fatigue prématurée. C’est également le cas de certains chevaux âgés et ayant plus de mal à récupérer.

Enfin lors des transports, les chevaux ne travaillent pas mais sont exposés à des risques de blessures (lorsqu’ils bougent dans le van ou le camion, embarquent ou débarquent), et de fatigue (en subissant les secousses pendant parfois plusieurs heures).

Les bandes de repos

Ces bandes sont probablement le moyen le plus fréquemment utilisé pour soulager un cheval. Engorgement, prévention de la fatigue… Elles sont utiles à de nombreux points de vue. Il s’agit de bandes peu élastiques, en coton tissé, qu’il s’agit d’enrouler sur les membres d’un cheval par-dessus des sous-bandes (cotons, flanelles, cotons américains…).

Leur rôle est de soutenir les tendons grâce à la contention qu’elles offrent. La difficulté principale avec les bandes réside dans leur pose, qui doit être très régulière, sans plis, ni trop serrées, ni trop peu, sans que les coutures ou bords des cotons ne soient placés sur le tendon. Les premières fois il est fortement conseillé d’être encadré par un cavalier ayant de l’expérience dans leur pose.

Il est indispensable de mettre des bandes par deux (aux 2 antérieurs, ou aux 2 postérieurs, ou aux 4). En effet n’en mettre qu’une risquerait de rendre le cheval asymétrique, n’ayant pas bénéficié des mêmes soins des deux côtés. Pour les mêmes raisons, il est préférable qu’une même personne pose les deux bandes en vis-à-vis (la tension sera ainsi la même).

Le choix des sous-bandes est large. Les plus classiques sont en coton ou tissu éponge matelassé, les cotons américains sont très rembourrés et assez épais, et de nouvelles matières apparaissent (mesh, respirant…). A chacun de choisir en fonction de ses besoins ce qui conviendra le mieux, éventuellement sur conseil du vétérinaire.

Les bandes de repos peuvent être utilisés lors de transport, en complément ou en remplacement des protections. Dans ce dernier cas, il est conseillé d’utiliser des cotons américains (épais) afin d’augmenter leur efficacité face aux chocs.

Les stable boots

De l’anglais (stable = écurie, boots = bottes), il s’agit de protections hybrides entre les guêtres, les protections de transport et les bandes de repos. En effet, constituées d’une guêtre assez haute et rigide et d’un coton à l’intérieur, elles protègent tout en soutenant le tendon. Trop encombrantes pour être utilisées lors du travail, elles ont cependant un intérêt dans les périodes de repos.

Le coton associé à la guêtre qui se fixe à l’aide de scratches a l’avantage de proposer un soutien assez important, tout en étant rapide à poser. Contrairement aux bandes qui demandent un peu de dextérité, il suffit de les placer au bon endroit et de les fixer.

Leur rigidité combinée à ce soutien en font des protections de transport fréquemment utilisées.

On notera cependant que le tendon sera bien plus soutenu avec des bandes qu’avec des stable boots.

Les protections de transport

Comme leur nom l’indique, il s’agit de protections en mousse et en tissu résistant, qui se fixent aux membres du cheval pour le protéger lors d’un voyage en van ou en camion.

Deux modèles existent : Les protections basses qui couvrent le canon, de la couronne au dessous du pli du genou, et les protections hautes qui, elles, remontent au-dessus de l’articulation du jarret. Les secondes protègent évidemment beaucoup mieux, mais on assiste souvent à des scènes assez comiques lorsqu’elles sont installées sur nos chevaux qui semblent très gênés pour marcher avec ! Ils s’y habituent la plupart du temps.

Il est important de choisir la bonne taille, autrement les protections ont tendance à tourner ou s’affaisser, et vont devenir inutiles et même gênantes.

Ces protections sont idéales dans l’absorption des chocs mais ne soutiennent pas du tout le tendon.

En résumé

N’oubliez pas que les protections ne doivent être utilisées qu’en cas de besoin ou de risque avéré pour les membres. En utiliser systématiquement et sans raison particulière risque d’habituer le cheval à un soutien quotidien, ce qui le rendra plus fragile si vous l’en privez.

Retenez donc que plus la protection est ajustée sur le membre, plus le soutien sera fort, et plus la protection est épaisse ou rigide et plus elle protègera des chocs. Demandez le conseil d’un moniteur ou d’un cavalier expérimenté si vous ne savez pas utiliser ces protections.

 

Beaucoup de protection

Protections de transport

Stable boots

Bandes de repos

Beaucoup de soutien